Perfume-Jockey Lalo, le DJ des odeurs

CULTURE

Rencontre avec Emmanuel Martini, alias Perfume-Jockey LALO, créateur d’ambiances olfactives lors de manifestations en tous genres tels que soirées et salons divers.

Perfume Jockey Lalo
Perfume Jockey Lalo © Droits Réservés
 
Perfume Jockey Lalo
Perfume Jockey Lalo © Droits Réservés

-Bonjour Emmanuel, donc vous êtes un perfume-jockey, autrement dit vous mixez des odeurs pour un public tel un DJ mixe des musiques. Comme le DJ, choisissez-vous les odeurs en fonction de la soirée ?

-Oui, c’est ça. En fait cela dépend si le client me demande de mettre en place un thème. En fonction du thème je vais étudier les odeurs. Il y a des thèmes simples, qui rappellent les vacances et l’odeur de la crème solaire et des fleurs exotiques.  
J’ai fait un salon à Bordeaux, ou le thème était induit de l’évènement. Le salon avait lieu dans un village médiéval à Bordeaux et sa directrice était brésilienne. J’ai donc utilisé des plantes tels que l’armoise,  l’aubépine et le liseron que l’on retrouve derrières les monastères  ou encore la banane verte en référence aux origines brésiliennes. de la directrice  J’ai rajouté du gardénia et du freesia par des bougies parfumées car ce sont des odeurs présentes dans la décoration.
Je choisis mes odeurs en fonction des thématiques culturelles de la soirée et des personnes qui y sont présentes.

 

-Pouvez-vous nous dévoiler les odeurs que vous allez diffuser à Cosmopoli’zen ?
Beaucoup d’odeurs sont liées à la féminité et je vais donc m’attacher à ce côté-là dans le cadre du festival. Je n’ai pas de contrainte, j’ai donc choisi de travailler sur des fleurs blanches tel que le jasmin, l’orchidée la rose et la pivoine.
Je vais pouvoir toucher toute une catégorie de femmes du monde. Le jasmin et la rose rappellent la femme du monde moyen-oriental mais aussi un peu du monde occidental. L’odeur de la pivoine rappelle le monde occidental et l’orchidée le monde africain.

Perfume Jockey Lalo
Perfume Jockey Lalo © Droits Réservés

-Vous utilisez une table de mixage ?
Oui, c’est une platine à mixer les parfums. Je l’ai conçue pour pouvoir faire ce métier.
Sur une plaque à induction je dilue de l’eau minéralisée et l’huile parfumée s’évapore à 50 degrés. Les brasseurs d’air aspirent l’évaporation ce qui me permet de diffuser le parfum loin dans la pièce.
L’eau est le support qui transporte le parfum. L’évaporation passe dans les brasseurs d’air donc on ne reçoit pas de goutte d’eau. Ce sont des microparticules, qui ne mouillent pas.

-Comment avez-vous eu l’idée ?
Avant j’étais agent immobilier et j’avais une formation de clerc de notaire. Mais je voulais exercer un métier ou j’étais mon propre patron. Quand l’interdiction de fumer dans les lieux publics fût votée ça a été une révélation. Par ailleurs je ressentais souvent un vide olfactif dans les soirées.
J’avais cette passion olfactive mais je n’avais pas vraiment envie de devenir nez. Tel un DJ qui mixe mais qui ne veut pas forcement créer un morceau. Pour moi je fais de la décoration d’ambiance olfactive. Je ne fais pas ça seulement dans les clubs mais aussi dans les salons, pour des lancements de produits. Pour le salon « Côté Sud » j’étais réellement scénographe du salon.
Grâce à Perfume Jockey j’ai eu des compétences de scénographie. Au salon Côté Sud j’ai créé des éventails parfumés. Je parfumais toute la journée avec des senteurs différentes.
Je voulais montrer que j étais un perfume-jockey mais aussi que dans l’ambiance olfactive il existe d ' autres procédés qui peuvent servir de support olfactif.

 
Perfume Jockey Lalo
Perfume Jockey Lalo © Droits Réservés

-Voulez-vous que votre activité se démocratise ?
-L’ambiance olfactive a ses limites et il faut mettre en place une forme de déontologie. L’ambiance olfactive ne peut pas être imposée à tout le monde. C’est un sens qui affecte notre perception intérieure. On n’est pas égaux face aux odeurs. Des notions sont à avoir pour créer une ambiance olfactive. Il faut qu’elle soit localisée, ponctuelle et non imposée; c'est-à-dire qu’elle soit dans un lieu de passage pour que tout le monde puisse en profiter mais aussi faire des pauses quand ils en ont besoin. Je ne suis pas vraiment pour une démocratisation. Il faut utiliser ce terme avec parcimonie.
Mon métier ne consiste pas juste à envoyer des odeurs dans une soirée, il faut observer les personnes, le thème et les placements possibles pour ne pas les imposer.

-Quel est le retour des personnes qui ont vécu cette expérience sensoriel ?
-Beaucoup de gens sont surpris et me posent les mêmes questions que vous m’avez posées.
Ils veulent aussi savoir si les odeurs sont de synthèse ou sont naturels et me parlent de l’installation. Les parfums amènent une dimension poétique et les gens aiment beaucoup ça. Ils jouent aussi beaucoup à deviner les odeurs. Je travaille beaucoup avec des odeurs que l’on peut retrouver dans les évènements grand public. Je souhaite me rapprocher des gens. J’utilise souvent des marques tels « terre d’Oc », « Nature et Decouvertes », « Durance » … mais on reste dans quelque chose d’identifiable et cela crée un lien avec le public. Ils vont pouvoir les retrouver, les réutiliser. Je me mets à la portée des gens en termes de perception olfactive.

 
Perfume Jockey Lalo
Perfume Jockey Lalo © Droits Réservés

-Et donc les odeurs sont-elles de synthèse ou naturelles ?
La parfumerie n’existerait pas sans les odeurs de synthèse. La synthèse nous permet une palette de senteurs qui n'existerai pas à l’état naturel. Il est donc  intéressant d’exploiter la piste de la synthèse. Aujourd’hui on a assez de normes et de règles pour que ce ne soit plus dangereux pour la santé. C’est très surveillé. Des normes apparaissent toutes les semaines, pour les parfums de peau et d’ambiance. Les parfums sont retravaillés en permanence. Certaines molécules peuvent être dangereuses si on les utilise de façon régulière et intensive dans des espaces confinés. Ce n’est pas mon cas. Et j'utilise des produits au fait de la réglementation.
Dès lors que c’est de la molécule, même si c’est très réglementé, notre corps a un seuil de tolérance et il ne faut pas le dépasser. C’est la même chose pour  le chocolat ou le soleil.

-Avez-vous une odeur fétiche ?
J’aime beaucoup le jasmin, et c’est une odeur qui recueille beaucoup de suffrages. J’aime aussi beaucoup les épices, notamment la trilogie de «l’Artisan Parfumeur »: poivre piquant, safran troublant et piment.  Ce sont des odeurs que l’on utilise peu a l’état brut mais plus dans les compositions. J’aime beaucoup le figuier aussi.

 

-Exercez-vous toujours un autre métier ?

Je ne suis plus agent immobilier car pour moi cette passion a été comme une thérapie de vie.
Je vis ma passion depuis quatre ans maintenant.  La partie scénographie olfactive se développe réellement, avec des nuages de bulles parfumées, des éventails et paravents parfumés, des sublimeurs d’encens…
Je travaille aussi avec des agences évènenementielles. Elles me contactent pour développer le pôle sensoriel. Kenzo souhaite organiser un évènement pour le lancement de leur nouveau parfum et je travaille avec eux. J’ai aussi travaillé avec une concession de voitures qui me demandait comment mettre en odeur sa concession. Je ne voulais pas casser l’odeur de la concession, car dans une concession de luxe, on a envie de sentir l’odeur des voitures neuves, des pneus neufs. Je lui ai donc proposé de créer une odeur mais dans les salons dans lesquels on signe les contrats. Cette odeur complète les odeurs des voitures neuves. Je ne voulais pas casser les repères des clients.
C’est une marque assez masculine et noble donc la série d’odeurs rappelle un salon haussmannien avec le bois, le livre, le tabac et l’encens. Libre au client de faire évoluer la proposition. Pour la diffuser j 'ai travaillé avec un système automatique de diffusion que crée une société a Paris.

Perfume Jockey Lalo
Perfume Jockey Lalo © D.R.
 

Propos recueillis par Patricia Noun

 

à voir aussi...

Cosmopoli'zen Fest!val 2012 © Droits Réservés
lire la suite

Cosmopoli'zen festival 2012

du mer 25 au dim 29 juil 2012

MUSIQUE | Festival

Pour sa neuvième édition, le Festival Cosmopoli’zen met à l’honneur les artistes féminines. Le duo Isaya, Andromakers, le groupe Deluxe mais aussi Kabbalah et Tito Y Diego sont les...

 
Vous recherchez
un événement ?
un acteur culturel ?
un lieu culturel ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous permettre de partager du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux et pour nous permettre de mesurer l'audience. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

x