Aqueleis Occitans que marselhejan

THEATRE | Opérette

L'écrivain Claude Barzotti invité par l'IEO13 a récemment disserté avec humour sur les particularités de l'occitan marseillais, marqué par des différences audibles et explicables qui ont longtemps fait les joies du music-hall.

Clovis Hugues lo parlava, e Victòr Gelu autanben, que l’escrivèt ambe lo gaubi que sabèm, aqueu que la paura Flora Tristan, quand arribèt a Marselha per rescontrar aquela classa populària que pantaiava, i entendèt ren de ren e trobèt afrós! Es eu encara que s’ausiá sus lo pontin dau music-hall de l’Alcazar fins qu’ai annadas trenta dau sègle XX.

Lo parlar marselhés es un biais de parlar l’occitan provençau maritim. Li trobam tot plen de particularitats que n’en fan la richessa dins una ciutat que de tot temps foguèt a la crosada, a la davalada dei populacions l’espaci provençau dins un sens tant coma centre regionau d’espandiment d’un modèle linguistic dins l’autre sens.

À la fin de 2011, l’escrivan Glaudi Barsotti n’en parlava a un public nombrós e chanut que l’escotava ais Archius Despartamentaus, a Marselha segur. Ben marselhés per exemple aquesta façon de dire la finala feminina “a” coma una sòrta de “oeu” caracteristic que totei an dins l’aurelha. Tot parier lo manten dau son “o” etimologic (francès : ou) : dins lo “gancho”, nom dau cròc dei descargaires coma au figurat la qualificacion dei cocha-vestits ; lo terme de “quèco” : nèrvi dei marrits quartiers; o encara lo “Grego” que nos vèn dau breç de la democracia.

À Marselha, lei mots cambian pas de sèxe e l’emboliga rodanenca, demòra fier l’ “emborígol” evolucion occitana dirècta dau latin “umbilícu(m)”. Lo vèrbe gai de la ciutat marina li permete d’equilibrar la tendéncia dei parlars periferics que diftòngan la “ò” tonica. Sabon destriar, lei marselhés lo “pòrt” que fasiá viure tot lo monde prononciat : /por/ de la bèstia que n’en fasèm la saucissa lo “pòrc” oralisat eu: /pwar/. E mai, quau saup pas dire “mesclum” passat au francés a la marselhesa? An bèla a dire, d’autrei occitans /mésclume/, drech coma un targaire sus sa polena, lo Marselhés dirà totjorn /mésclun/, còntra vent e subèrna!

Écrit en graphie classique avec les suggestions du pr.Pèire Brechet, IEO Paca, Service de la langue occitane.

 

Avec la graphie classique, on prononce les “o” en “ou” et les “ò” en “o”, les consonnes mouillées comme “lh” ou “nh” se prononcent en “ill” ou “gn”. Les “a” de fin de mot se prononcent entre le “e” et le “o”. Enfin les consonnes finales ne se prononcent pas en général en provençal, à l’exception du “s”.

un parler vif et imagé qui garde ses particularités © DR

Les mots qui comptent   

À la crosada : à la croisée

còntra vent e subèrna : expr. contre vents et marées

embolígol : nombril 

grego : Grec

gancho : le crochet qui servait à piquer les papiers par terre (fig. gentil clochard)

marselhejar : littéralement “marseiller”, faire à la façon marseillaise

polena : escalier à la poupe des bateaux de joutes

quèco : mauvais garçon, le “càcou”

 
 

Informations pratiques

Tarifs
entrée gratuite
 
visitez notre page facebook RSS
 
Vous recherchez
un événement ?
un acteur culturel ?
un lieu culturel ?
Culture 13 TV Arles antique, l'héritage de la VI ème légion